• «Sans les aides publiques, on serait en sous-développement»

     

    «Sans les aides publiques, on serait en sous-développement»

    L'article ci-dessous est paru sur le site de Médiapart. Découvrez comment Madame le Maire et sa première adjointe, Marie Hélène RIAMON assurent la promotion du Roannais ! Ce n'est sans doute pas le meilleur moyen de faire venir des entreprises et de nouvelles populations à Roanne...

    Rappelons que Laure Déroche est Vice président de Grand Roanne Agglomération en charge de "l'attractivité et du rayonnement du territoire" Jugez plutôt !

    Roanne (Loire), une ville dans la crise. 35.000 habitants, un tiers sous le seuil de pauvreté. Dans ce bassin industriel de la région Rhône-Alpes, allocations, aides européennes et «contrats de revitalisation» sont souvent le dernier recours avant l'indigence. Premier volet d'une série de neuf reportages.

    «C'est la crise, tout le monde est appelé à faire des efforts, l'Etat, les entreprises. Par quelle grâce les collectivités territoriales n'y participeraient pas? L'Espagne, la Grande-Bretagne, la Grèce ont pris des mesures bien plus drastiques que nous. Ouvrez vos yeux!» Ce mardi soir de la fin du mois de mai, au conseil municipal de Roanne (Loire), le député et ancien maire (UMP), Yves Nicolin, défend bec et ongles les mesures d'austérité du gouvernement et la réforme des collectivités.

    En face, l'équipe municipale socialiste estime au contraire qu'aujourd'hui plus que jamais, «il faut investir au maximum de nos capacités». Au bouclier fiscal de l'UMP, elle oppose son «bouclier social». Car ici, 30% de la population vit sous le seuil de pauvreté (moins de 880 euros par mois), contre 13% en France.

    Dans ce bastion de gauche de 35.000 habitants, on n'a pas attendu la crise de 2008 pour plonger. La désindustrialisation a été rude pour cette ville habituée à deux salaires par foyer (les femmes travaillaient en bonneterie). Depuis, la cité ouvrière cumule les mauvais titres: quatrième ville moyenne française la plus vieillissante, un solde migratoire négatif (20.000 habitants perdus en 20 ans, 3.500 depuis 2001), une industrie textile effondrée (22.000 emplois il y a trente ans, 4.500 aujourd'hui), six plans de restructuration en vingt ans dans l'industrie de l'armement et des salaires de 30% inférieurs à la moyenne nationale.

    Avec la crise financière de 2008, l'appauvrissement a été plus insidieux. «27% de la population roannaise est au niveau des minima sociaux, on les connaît, on ne les voit pas, se désole Marie-Hélène Riamon, première adjointe chargée des finances. Les pauvres sont de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux. La qualité de vie est bonne, les gens ont un logement, mais petit à petit le niveau de vie se détériore. Mais ils sont discrets, ils mettent du temps à expliquer leur situation. On s'en rend compte dans les clubs sportifs et dans les réunions de parents d'élèves.»

    Et lors des permanences des élus. Tous les samedis matins, Laure Deroche, maire (PS) depuis 2008, reçoit à son bureau de l'Hôtel de ville. Des familles qui n'arrivent pas à boucler leur budget. Des retraités qui, sans leur potager, ne mangeraient pas. 

    «Ces personnes qui gardent toute leur dignité, viennent avec leurs fiches de pension de retraite, et vous disent “c'est dur”,on a l'impression que ce sont des clichés, c'est bien réel», explique-t-elle.

    Lucrèce, elle, refuse d'aller «pleurnicher à la mairie. Je n'ai pas été habituée à ça et j'ai un peu de fierté aussi». Après une dépression nerveuse, cette femme de 46 ans travaille à mi-temps à la mutuelle. Elle dit:«Les gens ne peuvent pas aider les autres, ils sont eux-mêmes dans la merde! Ici c'est un bassin industriel usé et des salaires de 1.000 euros.»

    «Depuis deux ans, la situation s'est dégradée, assureSéverine, 36 ans, qui travaille dans un centre d'appels et élève seule son fils. Avant, on vivait un peu sur les économies, mais là... 1.000 euros par mois, 400 euros de loyer, 30 euros de mutuelle, 30 euros de cantine, 30 euros de centre social.»

    Ici, la moindre fermeture est tragique» A Roanne, ils sont nombreux à confier qu'ils bouclent leurs fins de mois avec un deuxième petit boulot ou des activités au noir. «C'est une véritable économie souterraine ici, raconte Lionel, la trentaine, ouvrier. On fait quelques heures en plus, de la maçonnerie, de la distribution de journaux, on élève des poules, des lapins.»

    Si cette pauvreté ne saute pas aux yeux, c'est parce qu'«on vit modestement» etque«les gens se débrouillent», explique Marie-Hélène Riamon. «Ici on ne vit pas seul, on est entouré, intégré, grâce au tissu associatif, c'est l'héritage industriel.» Roanne compte 600 associations dont près de 150 à caractère social. «Considérable pour une ville de cette taille», insiste Philippe Serreau, adjoint à la citoyenneté et la vie associative. «Cette pauvreté est générale dans les quartiers ouvriers. Ils se prennent le chômage depuis 20 ans! Ce qui les maintient, ce sont les centres de loisirs et les amicales, affirme Serge Lenoir, secrétaire général CGT du Roannais. C'est pas trop apparent mais demain ils seront dans la rue» pour manifester contre la réforme des retraites.

    Pas trop apparent aussi parce qu'ici, on trouve peu de plans sociaux massifs qui font la «une» des journaux, mais plutôt des licenciements dans des petites entreprises et des fermetures d'ateliers. C'est Bel Maille (textile) qui se sépare de sept personnes, Manitowoc (grues) qui réinternalise sa sous-traitance, un centre de radiographie qui ferme, laissant quatre personnes sur le carreau. «Sans parler des temps partiels imposés», ajoute Serge Lenoir.
    Et si Michelin (pneus), Nexter (armement) et Ultra Nova (outils coupants) réussissent aujourd'hui à s'en sortir, c'est parce que le premier produit du haut de gamme (destiné notamment aux luxueux 4×4, pas touchés par la crise), le deuxième a connu une violente restructuration en 2006 et le troisième a été racheté par un groupe allemand. «On n'a pas de marge de manœuvre, la moindre fermeture est tragique», explique la première adjointe.

    Il aura fallu une analyse des besoins sociaux commandée par l'agglomération en 2009 pour faire émerger ce constat d'appauvrissement. Mediapart s'est procuré ce document de 115 pages. Les chiffres sont terribles: un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté, un tiers n'est pas imposable, le revenu médian n'atteint que 1.158 euros et la catégorie sociale supérieure (CSP+) ne représente que 6% de la population.
    D'autres indicateurs ne trompent pas. Entre 2008 et 2009, le budget de l'aide alimentaire municipale a grimpé de 32% et le nombre de colis distribués est passé de 5.670 à 7.820. Les subventions aux associations sociales ont augmenté de 18%. Le budget alloué au secours d'urgence est passé de 46.000 à 86.000 euros. «Peu de bénéficiaires viennent chercher le «pass culture» et l'aide aux transports, alors que pour l'aide alimentaire et les allocations de rentrée scolaire, c'est du 100%», dit Philippe Serreau.

    L'activité des associations sociales augmente, elle aussi. Les Restos du cœur voient affluer de plus en plus de personnes âgées et de jeunes en difficultés. A deux pas de l'hôpital, dans des locaux modestes, la «Boutique santé» a connu son pic de fréquentation en 2009 (50 personnes par jour, contre une trentaine ces dernières années). Créée en 1997 pour favoriser un accès à l'hygiène à des personnes sans abri et marginales, elle doit aujourd'hui élargir son offre. «Avant, les familles venaient laver leur linge lorsque la machine était en panne. Maintenant c'est parce qu'elles n'ont pas les moyens d'en racheter une», explique Blandine Lathuillière, la directrice.

    Même chose avec le petit déjeuner à 20 centimes. «Avant on donnait une boisson chaude pour lutter contre le froid, maintenant on propose à grignoter car certains viennent faire leur unique repas de la journée. Ces deux dernières années, on est passé du dépannage à l'aide de long terme.» Blandine Lathuillière évoque cette femme de 56 ans, demandeuse d'emploi, propriétaire d'un petit appartement, qui ne peut plus payer ses charges et vit sans chauffage. «L'année dernière, ses Assedics ont été bloquées, elle a passé l'été sans revenus. Elle cherche à vendre son appartement mais il ne vaut plus rien.»
    On ne veut pas se présenter comme des pauvres»
    Dans ce contexte, les aides publiques sont souvent le dernier recours avant l'indigence. Sous perfusion d'aides européennes depuis trente ans et dopé à coups de contrats de revitalisation, «ce territoire, sans l'intervention publique, ne serait plus là, ou en sous-développement, affirme Marie-Hélène Riamon.Les outils d'intervention des pouvoirs publics ne sont que de court terme mais ils sont des matelas indispensables et maintiennent des activités de service public.» Le département draînait la quasi-totalité de la subvention régionale du Fonds européen – FEDER (400 millions d'euros perçus en douze ans). En 2007, ce contrat a pris fin.

    Autant dire qu'à Roanne, la réforme des collectivités territoriales, ajoutée aux mesures d'austérité, est accueillie comme «une catastrophe». L'équipe en place parle de «double peine»: «On perd de la population, donc on perd des recettes fiscales mais aussi des dotations de l'Etat car on est virtuellement plus riches par habitant.» S'ajoute à cela la suppression de la taxe professionnelle. «C'est terrible pour nous car on percevait beaucoup de TP industrielle.» Comble de l'histoire, une hausse des impôts n'a «aucun effet» puisque seul un tiers de la population est imposable. «Ça resserre de partout, on n'a plus de filet.»

    Le plus dur, pour la municipalité, reste encore de «lutter contre cette morosité ambiante». Marie-Hélène Riamon: «Il y a une nostalgie de l'âge d'or industriel du plein emploi. Les parents sont très pessimistes, ils disent à leurs enfants: «Va à Lyon, Saint-Etienne, ici il n'y a pas d'avenir!»Dans ces familles, l'homme travaillait dans l'industrie d'armement ou mécanique, la femme dans le textile, on vivait plutôt bien. Puis elle a perdu son emploi, sans qualification elle garde des enfants. Le mari a été mis en pré-retraite à 53-55 ans.»
    «Beaucoup de jeunes de ma boîte sont partis à Lyon ou Saint-Etienne, même pour faire le même boulot, mais mieux payé», dit Nathalie, 28 ans, qui travaille dans un centre d'appels pour «998 euros par mois». «Les gens sont à un tel niveau de découragement qu'ils se tapent les uns sur les autres.» Elle raconte le climat de «peur» et d'«individualisme».

    «On se bat», la formule revient en permanence dans la bouche des élus qui refusent «de faire du misérabilisme». L'adjointe aux finances: «On ne veut pas se présenter comme des pauvres. On a toujours été la zone industrielle de Lyon, notre hantise c'est de devenir une ville dortoir: chaque jour, 1000 personnes prennent le train pour aller y travailler.» Les solutions, la ville les cherche dans la métropolisation: «On ne veut pas être la quatrième couronne de l'agglomération lyonnaise, mais l'accrochage avec la métropole lyonnaise.»

    Grâce à la ligne TGV alternative POLC (Paris-Orléans-Lyon-Clermont) et à l'arrivée de l'A89. Grâce aussi à une optique de développement et de maintien des industries sur place. «Il faut générer notre propre développement, rechercher le maillon manquant et se demander: «Que sait-on faire ici?»On a besoin d'insertion, de services à la personne, de tourisme, d'économie sociale et solidaire, d'écoconstructions, de déconstruction (les chars Leclerc, conçus à Roanne). Il y a un potentiel de 2.000 emplois!» Ils misent notamment sur les pôles de compétitivité (15 créés depuis 2001 dans la région Rhône-Alpes) et l'agroalimentaire.
    Et la crise européenne? La première adjointe sourit: «Dans notre malheur, on a un bonheur: avec les crises précédentes, on a acquis une certaine résistance et des amortisseurs. Les entrepreneurs ont appris à s'adapter en diversifiant les marchés et les fournisseurs, alors dans la crise actuelle, les entreprises du Roannais résistent bien, proportionnellement.»


  • Commentaires

    1
    Madame le maire
    Vendredi 23 Juillet 2010 à 17:46
    cherche peut être à faire annuler la dette de Roanne aupres du FMI....
    2
    cathy
    Vendredi 23 Juillet 2010 à 18:55
    il est indiqué dans ce texte 3500 habitants perdus depuis 2001. Vous reconnaissez alors une certaine co-responsabilité...
    3
    Nicolas
    Samedi 24 Juillet 2010 à 09:21
    Je ne savais pas que Roanne faisait parti du tiers monde...!!!! Dans ces conditions pourquoi Madame Le Maire augmente t elle les impôts? Pourquoi Madame Le Maire impose aux forceps un projet de 12 millions d'euros dont personne ne veut? Nos élus de la majorité sont-ils touchés par cette pauvreté? je pense bien évidemment à Madame la première adjointe qui cumule plusieurs mandats et qui touche environ 6 000¤ d'indemnités par mois.... Arrêtons d'être crédule au point de ne pas voir leur pièce de théâtre qu'ils jouent de mieux en mieux, les élus de gauche pratique la politique du faites ce que je dis mais faites ce que je fait.... quel hypocrisie pas étonnant que depuis qu'ils sont à la tête de la ville aucune entreprise ne soit venue s'implanter dans notre bassin....
    4
    Dahila
    Samedi 24 Juillet 2010 à 16:51
    Oui il faut etre positif le métier de croque mort est florissant par contre avec les maisons de retraites.......
    5
    beal
    Dimanche 25 Juillet 2010 à 07:47
    Et si notre municipalité s'invertissait dans la recherche d'implantation de nouvelles entreprises sur Roanne plutôt que de dépenser de l'argent à faire faire des audits qui ne servent à rien et qui coutent cher.
    Bien sur que le contexte est difficile, mais ce n'est pas en se lamentant que l'on trouve des solutions.
    Je me suis trouvée dans une situation désespérée à un moment donné de ma vie, et bien, plutôt que de pleurer sur mon sort, que d'aller quêter, je me suis remontée les manches, j'ai fait des petits boulots, semaines, week-end, pas de vacances pendant des années, et petit à petit, j'ai mis la tête hors de l'eau.
    J'ai fait beaucoup de sacrifices, mais aujourd'hui j'ai la vie que je désirais.
    Je trouve que ce discours de notre municipalité est un discours pour mettre les gens dans la rue à la rentrée , il est le discours d'incapacité à solutionner les problèmes, et celui de faire porter le chapeau à un haut personnage français.
    Si vous vous occupiez plus à faire venir des entreprises à Roanne, plutôt que de manifester avec la CGT, Roanne ne serait pas dans cette situation.
    Je ne vois pas comment des chefs d'entreprise, peuvent vous faire confiance, il savent d'entrée de jeux qu'ils auront un ver dans la pomme
    L'autoroute est une chance inespérée de désenclaver Roanne, mais avec votre esprit, nous n'allez même pas être
    capable d'en tirer profit.
    Le social c'est bien pour faire pleurer dans les chaumières, mais le travail c'est mieux pour l'avenir, alors mettez vous au travail et Roanne s'en portera mieux
    Car je peux vous le dire du travail, il y en a
    6
    Dingo
    Dimanche 25 Juillet 2010 à 09:22
    Constat vieux de 10 ans déjà........
    quand je suis venu y travailler mes collègues mon dit: "condoléances" heureusement comme beaucoup de mes confrères la famille n'y habite pas, vu qu'il n'y a toujours aucun projet et avenir.
    Sous développement bien sur quand on pense qu'il n'y a même pas de ligne électrifiée au 21 eme siècle pour Lyon St Étienne ou Bordeaux .... pour le train on se croirait au Turkménistan
    7
    Un
    Lundi 26 Juillet 2010 à 10:14
    Excellent article sur les conséquences de la politique ultra-libérale tant apreciée par vos amis de l'ump et par vous même au vu de vos votes à l'assemblée nationale.

    Que fallait il ? Que ces élues mentent et présente un tableau idyllique de Roanne ?

    De toutes façons, vu l'ensemble du dossier, les journalistes venaient avec une idée préconçue et ils n'ont du garder que les commentaires allant dans le sens global de leur propos.
    8
    Jacky
    Mardi 27 Juillet 2010 à 09:51
    De quoi avoir la NAUSEE, avec toutes ces "informintox" lancées par des irresponsables qui ne pensent et qui ne vivent que pour eux, leur"cour" et les élections. A Roanne (mais aussi en France) on veut du concret comme on l'a connu sous la précédente municipalité, (on se "fout" du parti auquel l'ancien maire appartenait) , il y avait alors moins de discours mais plus de résultats, alors de grâce fermez la et bosser un peu au lieu de raconter toutes ses conneries que seuls quelques fervents aveugles ou profiteurs font semblant de croire, car ça les arrangent.
    Et n'oubliez pas non plus que même avec un gouvernement de "droite" c'est vous qui gérez la France, vous vous êtes battus pour gagnez un max d'éléctions et c'est vrai, on ne discutera pas par contre sur la forme, mais vous avez la majorité des mairies, des départements, des régions etc..., bref vous êtes partout et on voit aujourd'hui où on n'est ... à méditer
    9
    Binabik
    Mercredi 28 Juillet 2010 à 09:58
    Avez vous l'autorisation de Mediapart pour reprendre cet article ou est ce là un autre cas de piratage de propriété intellectuelle (http://tiny.cc/gufp6) ?
    10
    Sans
    Samedi 31 Juillet 2010 à 10:23
    Le minimum d'honnêteté pour un usage correct de la toile est de citer ses sources. Il s'agit d'un article de mediapart consultable pour les seuls abonnés. Merci de mettre le lien avant qu'on ne soit obligé de signaler cet abus aux auteurs.
    11
    patoch42
    Lundi 23 Août 2010 à 18:25
    3500 habitants perdus à Roanne depuis 2001, mais vous étiez maire pendant cette période ?
    12
    lio
    Jeudi 9 Septembre 2010 à 18:29
    demander à B Tapie d'investir içi on vient de lui donner offrir des centaines de millions d'euros cela permettra de sortir le roannais en léthargie depuis 20 ans
    13
    laurette
    Vendredi 10 Septembre 2010 à 15:35
    ma fille a fait des formations pas de droit au chomage elle ne trouve pas de boulot elle va s'inscrire au RSA on lui a répondu comme vous habitée chez vos parents vous n'orez pas grand chose.Il lui propose de prendre un appartement qui va payer le loyer l'ectricitée eau et les charges avec aucun revenu .c'est honteux de leurs part.......
    14
    Max
    Samedi 18 Septembre 2010 à 10:39
    depuis 2 ans les avions de chasse passent le mur du son sur la ville ce qui est INTERDIT depuis plus de 15 ans preuve que le Roannais sur les cartes d'état major ressemble au Larzac.....
    Mr le député faite quelque chose auprés de la base de Dijon
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :