• Près 1 000 000€ pour combler le déficit de la dernière saison du théâtre 2013 - 2014

    Souvenez-vous des propos de Laure DEROCHE et de Suzy VIBOUD alors Adjointe au Maire en charge de la culture, lorsqu’elles parlaient du théâtre, de sa fréquentation, de son budget : tout allait bien !

    Je vais bien, tout va bien, tout est beau, tout me plaît. Mais lorsque depuis leur élection en mars dernier, Monique GUILLERMIN Adjointe en charge de la culture, Daniel PEREZ Adjoint en charge des finances, et Yves NICOLIN Maire de Roanne se plongent dans le fonctionnent et le budget du théâtre de Roanne le blason doré un fois un peu frotté laisse apparaitre le noir d’une gestion anarchique et suicidaire. Si de tels actions avaient été menées par une gestion privée et pas sauvées par de l’argent public frais réinjecté un peu plus chaque année, le théâtre de Roanne aurait déposé le bilan il y a déjà plusieurs années.

    Souvenez-vous de l’épisode du Directeur Abdelwaled SEFSAF qui a vu son contrat annulé par le sous-préfet pour deux raison :

    -          Son contrat n’a jamais été signé par l’intéressé, il est donc caduque

    -          Ce même contrat a été déposé en sous-préfecture 3 mois avant la délibération du conseil municipal qui a officialisé sa nomination à la tête du théâtre de Roanne, il donc illégal puisque rétroactif.

    Maintenant attardons-nous sur la subvention du budget général allouée au théâtre chaque année :

    Depuis toujours, cette subvention est allouée pour équilibrer le budget du théâtre qui souffre d’un manque de recette face à des dépenses de fonctionnement. L’enjeu pour l’adjoint à la culture est de mettre en place une saison théâtrale alléchante pour que les spectateurs plus nombreux viennent gonflés les recettes des entrées et réduire la subvention.

    Ce tableau reprend l’historique de 2008 à 2014, et fait une comparaison subvention/Nombre d’entrée/Dépenses de fonctionnement :

     

    Ces chiffres parlent d’eux même. Le théâtre a perdu près de 100 000 visiteurs en 6 ans, les dépenses de fonctionnement ont évolué de près de 260 000€ dans le même temps !

    Pendant la campagne électorale, l’équipe d’Osez Roanne n’a pourtant pas hésité à faire la promotion de sa bonne gestion des comptes de la ville, et l’obtention d’un triple A. Pas sûr que l’agence de notation ait eu connaissance de ces chiffres avant d’attribuer leur note à la bonne, l’excellente gestion de Laure DEROCHE.

    Au parti socialiste c’est bien connu pour ne pas se piquer on coupe les épines des roses, on les cache sous le tapis pour que le suivant s’y pique.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :