• La ligne jaune aurait-elle été franchie ?

    coeur de cité.jpgTous les politiques savent qu’il est interdit à moins d’un an d’une échéance électorale de dresser un bilan du mandat qui s’achève et plus encore d’afficher des perspectives d’avenir dans le cadre d’une manifestation organisée par la Municipalité et payée par cette dernière.

    Ce principe de base semble avoir été oublié par la majorité sortante qui a profité de la traditionnelle réception des associations le 12 juillet dernier pour faire un amalgame entre cette réception et les prochaines échéances municipales.

    Plusieurs personnes ont été particulièrement surprises voire choquées des propos aux allures électorales voire électoralistes tenus lors de cette réception. La presse également a souligné cette ambiguïté en faisant à plusieurs reprises référence aux prochaines échéances municipales !

    La ligne jaune aurait-elle été franchie ?

    Sans doute puisque la Municipalité a éprouvé le besoin de faire paraître un nouveau communiqué de presse pour tenter de se dédouaner… mais le mal est fait.. et a même été reproduit le 14 juillet où, là encore, dans le cadre d’une manifestation publique organisée par la Mairie les propos tenus par les élus de la majorité ont été pour le moins électoraux !

    Dans cette affaire il ne s’agit nullement de remettre en cause la tenue de cette manifestation organisée chaque année depuis plus de 15 ans mais de dénoncer les propos tenus lors de cette manifestation puisqu’il est clairement interdit de faire campagne au frais de la Municipalité !

    Il appartiendra à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques de juger si les dépenses engendrées par la Mairie à l’occasion de ces manifestations doivent être payées par les futurs candidats issus de la majorité actuelle.

    Rappelons que récemment la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a réintégré dans les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy les frais d’un déplacement et d’un discours tenus à Toulon plusieurs mois avant l’élection présidentielle et alors même qu’il n’était pas encore candidat à sa succession au motif que ce discours aurait eu des allures de discours tenu par un candidat et non par un président en exercice…


  • Commentaires

    1
    Rnest
    Mercredi 17 Juillet 2013 à 10:18
    Votre remarque sur la commission nationale des comptes de campagne me plait beaucoup ,la règle doit être la même que l'on soit de droite ou de gauche.....
    2
    Un electeur
    Dimanche 21 Juillet 2013 à 12:27
    Toutes la problématique tiens dans les 3 premiers mots de votre article : "tous les politiques". Tant que les affaires publiques resteront confisquées par une classe politique n\'ayant jamais été confrontée à la vie réelle, on aura au pouvoir des gens dont le seul but restera d\'être élu, réélu et ré-réélu. Stop au cumul des mandats, dans l\'espace et dans le temps. Un seul mandat à la fois, trois mandats et puis s\'en va.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :